ELD (TSX) $ CA 6,31 +0,12 +1,94 % Volume : 596 962 9 avril 2019
EGO (NYSE) $ US 4,73 +0,09 +1,94 % Volume : 1 417 658 9 avril 2019
PRIX DE L’OR $ US 1 305,53 +0,64 +0,05 % Volume : 10 avril 2019

En-tête d’image

En-tête d’image

Olympias est une mine d’or-argent-plomb-zinc existante située sur la péninsule Halkidiki, dans le nord de la Grèce.

C’est un gisement à haute teneur en or qui permettra des taux d’extraction allant jusqu’à 1 million de tonnes par an. Olympias est en cours de redéveloppement en trois phases.

Faits saillants

Emplacement Péninsule Halkidiki, Grèce
Type de mine Souterraine
Métaux extraits Or, argent, plomb, zinc
Employés et entrepreneurs ~520
Espérance de vie de la mine 22 années*
Type de gisement Remplacement de carbonate polymétallique
Propriété 95 %
Ressources et réserves

* Basé sur les réserves prouvées et probables actuelles.

Perspective 2019

La Phase II du projet Olympias a terminé la production commerciale le 31 décembre 2017.

En 2019, on s’attend à ce qu’Olympias extraie et traite 430 000 tonnes de minerai avec une teneur moyenne de 7,8 grammes d’or par tonne, produisant entre 50 000 et 55 000 onces d’or payable à un coût d’exploitation de 550 à 650 $ l’once. Les dépenses de réinvestissement de maintien devraient s'élever entre 20 et 25 millions $ et être dédiées au développement souterrain capitalisé, à un programme de forage intercalaire au diamant, aux installations d'extraction de minerai, à la machinerie mobile, aux reconstructions d'équipement et aux mises à niveau d'usines de traitement. Les dépenses d'investissements de développement devraient s'élever entre 10 et 15 millions $, comprenant l'installation souterraine d'une station de pompage, ainsi que différentes mises à niveau d'infrastructures associées à la finalisation de la Phase II, ainsi que l'ingénierie associée à la Phase III.

La mine Olympias produit également des quantités importantes de concentrés de plomb-argent et de zinc et selon le cours de métaux, la Société pourrait tirer profit de la flexibilité inhérente à ce gisement polymétallique afin d’optimiser le flux de trésorerie.

En 2019, le programme de forage exploratoire à Olympias devrait s’effectuer à une profondeur de 7 000 m.

Données d’exploitation


2019E 2018A 2017A
Or produit (oz) 50 000 à 19955 000 46 75018 472*
Minerai extrait/traité (t)
322 659
Teneur en or (g/t) 7,8 7,75
Décaissements d’exploitation ($/oz) 550 à 199650 764
Investissement de projet durable (M $) 20,0 à 19925,0 12,2

* Les onces produites comprennent la production précommerciale. 


Approche de développement

Eldorado développe Olympias en trois phases.

Phase 1 (2013 à 2016)

La phase 1 est le nettoyage environnemental des résidus d’extraction antérieure et comprend la remise en état de l’usine de traitement et de la mine souterraine. Le retraitement des résidus commencé en 2012 a produit environ 20 000 onces d’or par année et il est maintenant terminé. La réhabilitation environnementale de l’installation de gestion des résidus d’Olympias est en cours. 5,8 km de tunnels ont été remis en état jusqu’à présent en plus de 8 km de nouveau développement.

Phase 2 (2017 à 2022)

La phase 2 comprend le traitement du minerai extrait sous terre dans l’usine de traitement remise en état employant un procédé de flottation pour produire trois concentrés : plomb-argent, zinc et pyrite-arsénopyrite aurifère. La production commerciale de la Phase 2 a été complétée le 31 décembre 2017. La production de phase 2 est estimée à environ 72 000 onces d’or par an, plus environ 55 000 onces d’équivalent or. Les dépenses en immobilisation associées aux étapes finales de la construction de la Phase 2 sont budgétées à hauteur de 101 millions $. L'entreprise a construit une nouvelle usine de remplacement par pâte (comprise dans la portée originale de la Phase II) et installé un filtre de résidus additionnel. Le filtre et l'usine de remplacement par pâte ont été finalisés en 2018.

Phase 3 (~2022 à 2025)

La production de phase 3 devrait augmenter progressivement à environ 170 000 onces d’or par an, plus environ 130 000 onces d’équivalent or. La conception est en cours de développement avec des travaux d’ingénierie pour la construction d’une nouvelle usine dans la vallée de Stratoni adjacente.

 

Veuillez consulter notre présentation sur leProjet Olympias pour plus d’information. 

 

Données indicatives d’exploitation – Phase 2

2018 à 1992022
Tonnes broyées 400 000 à 435 000 Mt
Teneur en Au 9,4 à 10,5 g/t
Récupération d’Au au concentré 90 %
Exigibilité d’Au ~58 %
Production d’Au payable 68 000 à 76 000 oz
Production d’Ag payable 985 à 1 450 koz
Production de Pb payable 11 000 à 16 000 t
Production de Zn payable 14 000 à 16 000 t
C1 – Décaissement d’exploitation* 190 à 330 $/oz
C2 – Décaissement total 230 à 370 $/oz
Décaissement de maintien** 410 à 660 $/oz

*Net des sous-produits
**C2 + réinvestissement de maintien

Géologie et minéralisation

Olympias est un gisement de remplacement de carbonate polymétallique riche en or encaissé dans une succession interstratifiée de gneiss de feldspath-biotite et de marbre dans la formation paléozoïque Kerdylia du massif serbo-macédonien dans le nord-est de la Grèce. Il contient plusieurs lentilles qui s’étendent conjointement vers le NNE sur plus de 1,5 kilomètre, qui plongent vers 30 à 35° SO et qui ont une épaisseur moyenne de 12 mètres. Les deux principaux types de minerai des membres extrêmes sont reconnus; un type de minerai riche en métaux de base et un type de minerai à haute teneur en arsenic-silice et en or. Ce dernier est typiquement présent dans le noyau des lentilles de minerai et il est dominé par de la pyrite arsenicale grise et de l’arsénopyrite, ainsi que de la galène et de la sphalérite subordonnée avec de la gangue riche en quartz. Les teneurs en or sont typiquement >10 à 30 g/t. Le minerai riche en métaux de base est caractérisé par de la pyrite, de la galène et de la sphalérite variables avec une quantité moindre de pyrite arsenicale et d’arsénopyrite et de gangue riche en calcite. Les teneurs en or sont habituellement dans la fourchette de 2 à 10 g/t. Les deux types de minerai contiennent localement de la pyrite arsenicale et de l’arsénopyrite en lames ou en dendrites spectaculaires avec des masses de sulfures de métaux de base. Le gisement Olympias s’est probablement formé durant la fin de l’ère oligocène ou le début du miocène, coïncidant avec le magmatisme de la région.

Exploration

Peu d’exploration systématique a été réalisée à Olympias hors de limites du corps minéralisé connu et par conséquent, les zones environnantes ont un extraordinaire potentiel pour l’exploration. C’est un gisement à plongement ouvert et plusieurs lopins en friche industrielle voisins ont fait l’objet de peu de forage exploratoire. La réhabilitation en cours des ouvrages existants et le développement souterrain dans de nouvelles zones donneront accès pour tester ces cibles d’exploration.

Historique

2017 Permis d’installation pour l’usine de remplacement par pâte, étude technique pour la clôture de l’ancienne mine d’Olympias et permis d’exploitation de la mine reçus en septembre. Phase II de la production commerciale atteinte à la fin du mois de décembre.
2016 Permis d’installation permettant de débuter la Phase 2 délivré en mars
2013 Augmentation de 7 % des ressources en or d’Olympias par rapport à l’année précédente de 4,3 Moz à 4,6 Moz
2012 Eldorado fait l’acquisition d’Olympias par l’acquisition d’European Goldfields; début du retraitement des résidus
2011 EIA approuvée pour les mines Kassandra (qui incluent Olympias, Skouries et Stratoni)
2004 Hellas Gold, une filiale d’European Goldfields, achète Olympias de l’État grec
1999 Étude de faisabilité terminée par TVX
1995 Propriété transférée à TVX Gold Incorporated de l’État grec

Ressources

Images

Vidéos

Powered by Translations.com GlobalLink OneLink Software